logo


Élections au conseil de l’École de Droit de la Sorbonne : pour une École de Droit-s au service des étudiant-e-s !

Mercredi 1er avril et jeudi 2 avril, les étudiant-e-s des anciennes UFR 01, 05, 07, 12 (AES) et 26 sont appelés à voter pour leurs représentant-e-s au Conseil de l’École de Droit de la Sorbonne, la nouvelle UFR dont ces étudiant-e-s font désormais partie. Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que cela implique ? Quels sont les enjeux ?

L’École de Droit de la Sorbonne (EDS) est la fusion de toutes les UFR juridiques qui existent à Paris 1. Cette UFR unique regroupe les anciennes UFR 01, 05, 07, 26 pour le droit mais aussi l’ancienne UFR 12 (AES et Travail Social) qui va devenir l’Institut d’AES au sein de l’EDS. C’est donc une superstructure représentant 40 % des étudiants de Paris 1 qui se met en place !

pigeonsDans un contexte budgétaire difficile qui menace encore nos formations, l’UNEF a été la seule organisation de Paris 1 à refuser ce mariage forcé entre des UFR qui n’ont pas les mêmes modes de fonctionnement et à se battre pour imposer les élu-e-s étudiant-e-s au sein de cette nouvelle structure.

Il est tentant de penser que le ré-assemblage des différentes familles de juristes au sein d’une même structure améliorera les problèmes de communication entre les différentes entités et évitera aux étudiant-e-s d’inutiles va-et-vient. Pour autant, la mise en place de ce mastodonte à l’intérieur de Paris 1 pose de réels problèmes qui sont de deux ordres : la proximité avec les étudiant-e-s et la démocratie.

L’UNEF déplore la perte de proximité pour les étudiant-e-s car une seule et même UFR va se retrouver à gérer la formation de plusieurs milliers d’étudiant-e-s (environ 40 % des étudiant-e-s de Paris 1) ce qui équivaut à la taille de certaines universités. C’est donc une entité plus lointaine et plus opaque à laquelle devront se confronter les étudiant-e-s. C’est la réussite de tou-te-s qui est mise en danger !

Par ailleurs, l’EDS pose aussi un problème au niveau de la démocratie étudiante. Alors qu’avec les différentes UFR de droit on atteignait entre 70 et 80 élu-e-s étudiant-e-s, le conseil de l’EDS les réduit à 7 titulaires et 7 suppléant-e-s… On passe donc de conseils d’UFR proches des formations qu’ils représentent à un seul conseil où 7 étudiant-e-s en représentent près de 16 000 !

C’est seulement par une démarche syndicale que nous pourrons en tant qu’étudiant-e-s lutter contre les violations régulières et ignorées de nos droits, le non souci total de la direction d’un taux d’échec croissant et le délabrement progressif de nos centres universitaires. Mercredi et jeudi 1er et 2 avril, montrons à tou-te-s celleux qui veulent casser nos droits que nous ne sommes effectivement pas des pigeons !

La liste présentée par l’UNEF et Associations étudiantes est la suivante :
1. AMIRSHAHI Manon, L1 Droit
2. LUWANSAGU Mondo Passynia, L2 AES
3. DANSO Fatoumata, L1 Droit
4. GRANDCLEMENT Cyrille, M2 IEJ
5. SHALABY Myriam, L2 Droit
6. BEAUD Arthur, L3 Droit-Economie
7. AMARA Diane, L2 Droit
8. SOLAKOGLU Ilke, L2 Droit
9. ABONGO Sandrine, L2 AES
10. CONSTABLE Zeev, L1 AES

Retrouve en cliquant ci-après nos propositions pour l’AES, pour le centre René Cassin et pour le Panthéon !

Laisse un commentaire

*

captcha *

Couldn't connect to server: php_network_getaddresses: getaddrinfo failed: Name or service not known (0)