logo


Journée internationale des droits des femmes

Les inégalités entre les femmes et les hommes sont toujours d’actualité et s’expriment de façon violente dans l’ensemble de notre société. Les femmes touchent en moyenne 20% de moins que leur collègue homme, et occupent la grande majorité des emplois précaires. Elles sont également victimes de violences (chaque année 198 000 femmes sont victimes de viols et en 2008, 675 000 femmes ont été victimes de violences conjugales) et sont exclues des cercles de décisions dans l’entreprise (sur 561 postes d’administrateurs/trices de groupes du CAC 40, 59 seulement sont occupés par des femmes) ou dans les institutions de la République (seules 18% des député-e-s sont des femmes).

L’université n’échappe pas à la règle et participe aussi à la reproduction genrée et sexiste : seuls 14 % des professeur-e-s d’université sont des femmes, alors que 57% des étudiant-e-s sont des étudiantes. Cette reproduction genrée est aussi illustrée par les effectifs des filières universitaires : 30% seulement des effectifs étudiants en classe préparatoire scientifique sont des femmes, et 27% en sciences et techniques. Parallèlement les femmes sont surreprésentées dans les filières de sciences humaines et sociales où elles représentent 70% des effectifs.

L’UNEF souhaite que l’université soit un cadre d’émancipation pour tou-te-s, et permette l’égalité. L’UNEF est une organisation féministe qui a vocation à combattre toutes les inégalités où qu’elles se trouvent dans l’Enseignement supérieur. L’université a un rôle majeur à jouer dans le combat pour l’égalité des sexes. Parce qu’elle contribue à la propagation de la connaissance et du savoir face à l’obscurantisme, l’université, tout comme l’école, doit être un outil d’émancipation et d’éducation.

C’est pour ces raisons que l’UNEF participe chaque année à la manifestation du 8 mars pour les droits des femmes et organise dans des dizaines d’universités des événements culturels afin de sensibiliser les étudiant-e-s aux discriminations et actes sexistes.

 

  • À Paris 1, l’UNEF a organisé la « Semaine pour l’égalité femmes-hommes, parce que féministe n’est pas un gros mot ! ». Du 3 au 8 mars :
    une exposition sur le Tumblr Projet Crocodiles toute la semaine à Tolbiac ;
    • la journée du droit à l’IVG avec une conférence en compagnie du Planning Familial et de la LMDE, accompagnée de prises de photographies tout au long de la journée d’étudiant-e-s posant avec des cintres pour signifier leur solidarité avec le combat des Espagnol-e-s pour conserver l’accessibilité de l’avortement ;
    • présence de Thomas Mathieu, auteur du Projet Crocodiles, dans la fosse afin de répondre aux questions des étudiant-e-s
    •  manifestation le samedi 8

    Voir l’événement Facebook.
    Voir les photos de la Semaine de l’égalité.
    Voir l’appel à la manifestation.

    Manif 8 mars 2014 Semaine égalité cintre
    Semaine égalité slut Semaine égalité

  • L’UNEF participe à la manifestation annuelle. Elle organise la semaine de déconstruction des stéréotypes de genre en compagnie du Planning Familial, de la LMDE et de l’université Paris 8. Au programme : mur d’expression, projections-débats et conférences !
    À Paris 1 elle fait circuler un drap entre les différents centres universitaires sur lequel la question « Le sexisme c’est quoi ? » interpelle les étudiant-e-s et les invite à répondre au feutre.

    8 mars 2013

  • En 2009, l’UNEF organise avec le CECS une exposition « 1959-2009, Barbie a 50 ans : quelles images de la femme ? ». Après un appel à contribution à l’ensemble des étudiant-e-s de Paris 1, de nombreux travaux nous sont revenus et nous ont permis d’exposer.

    Poème :

    Un jour une poupée de fils et de chiffons
    Voulut être une femme légère et grande et belle.
    Elle alla, pour ce faire, dans les tréfonds
    Un magicien ténébreux, un homme immortel.

    Quand elle le trouva, elle lui dit ceci :
    Seuls les enfants m’aiment, je ne suis que leur amie.
    Personne ne désire être de mes amants.
    Change-moi, je t’en prie, en ce que veulent les gens !

    Alors, le monstre sans mot se jeta au cou
    De la poupée enfant. Elle sentait la puissance
    Du plaisir de la chair ; elle était en jouissance.

    Ses membres mincissaient, cela lui semblait fou
    Cheveux, jambes, yeux et seins… Changement esthétique.
    Ainsi elle naquit, la poupée de plastique.

    Barbara la Maudite, Clément Martin-Fasquel, L1 Cinéma

    Photos :
    8 mars 2009 titre
    Détourne[menbreS] & Surarticulations, Marine Peteuil, L1 Arts-Plastiques Détourne[menbreS] & Surarticulations, Marine Peteuil, L1 Arts plastiques

    Oedipe & Assiette Mattel, Marine Peteuil, L1 Arts Plastiques8 mars 2009 11Oedipe & Assiette Mattel, Marine Peteuil, L1 Arts plastiques

    Mattel[rialiste], Marine Peteuil, L1 Arts-Plastiques

    8 mars 2009 8
    8 mars 2009 48 mars 2009 9Mattel[rialiste], Marine Peteuil, L1 Arts plastiques

    Barbarbie, Anabelle Kwadow, L2 Histoire/Archéologie Barbarbie, Anabelle Kwadow, L2 Histoire/Archéologie

    Elle ou la Cuisse, Quentin Broquet, L1 Arts-Plastiques Elle ou la Cuisse, Quentin Broquet, L1 Arts plastiques

    Images Changeantes, Jennifer Buckle, L1 Arts Plastiques8 mars 2009 4Images Changeantes, Jennifer Buckle, L1 Arts plastiques

    Idéal Englué, Jennifer Buckle, L1 Arts Plastiques Idéal Englué, Jennifer Buckle, L1 Arts plastiques