logo


Le projet pour l’UFR 03 (Histoire de l’art, Archéologie)

Dans quelques jours auront donc lieu les élections étudiantes dans les conseils de chaque UFR.  Alors que l’université s’attaque à nos formations pour faire des économies, et que le Gouvernement annonce une réforme complète de nos diplômes, ces élections doivent répondre à des enjeux sans précédent pour nos conditions d’études. Les 26 et 27 novembre, tous les étudiants de Paris 1 auront donc l’opportunité de se mobiliser dans les  urnes pour changer l’université. Voter pour l’UNEF, c’est voter pour un projet.   Construit filière par filière avec tous les étudiants, il doit nous permettre de  répondre aux enjeux de ces élections pour améliorer nos conditions d’études, et gagner de nouveaux droits pour les étudiants de Paris 1 !

La pénurie budgétaire n’est pas une fatalité : en  portant la voix des étudiants dans les UFR, nous  pourrons obtenir un cadrage financier de chaque formation, pour que chaque filière se voit allouer les moyens suffisant pour obtenir des moyens pour étudier et des diplômes de qualité. Mais ce cadrage ne doit pas être une excuse pour mettre les UFR en concurrence entre eux : nous empêcheront les UFR de toucher à nos droits et nous nous battrons pour garantir l’égalité des droits entre toutes les filières.

Priorité 1 : DES MOYENS POUR ÉTUDIER, DES DIPLÔMES DE QUALITÉ !

La rentrée à Paris 1 a été difficile : TD bondés, options supprimées, locaux vétustes… L’université Paris 1 est en panne. En un an, l’administration a décidé de recruter moins de profs, et de réduire le contenu de nos diplômes et formations dans toutes les UFR.

Dans l’UFR 03, la formation en Préservation des Biens Culturels voit son volume horaire réduire fortement (650 heures supprimées sur trois ans) ; condamnant les étudiants à l’Ecole du Louvre pour trouver une formation de qualité !

Face à ces mesures, l’UNEF s’est mobilisée pour la filière : rendez-vous avec le directeur d’UFR, rassemblements, assemblées générales, envahissement du Conseil d’Administration… Avec ces élections, nous pouvons poursuivre la  mobilisation !  D’autant que la solution est à notre portée : depuis 10 ans, les diplômes ne sont plus cadrés par l’Etat.  L’année dernière, l’UNEF s’est mobilisée pour réintroduire le principe dans la loi. Au final, un  « cadre national des formations » se mettra en place pour la rentrée 2014. C’est maintenant qu’il faut nous mobiliser !

Dans ce contexte, ces élections seront suivies de très près par l’administration : vous avez l’opportunité de vous battre pour votre filière, mais également de garantir le rapport de force de tous les étudiants pour obtenir des moyens pour étudier et des diplômes de qualité ! Chaque bulletin UNEF dans l’urne répondra donc à des enjeux locaux et nationaux !

NOUS DEMANDONS POUR PARIS 1 ET L’UFR D’HISTOIRE DE L’ART ET ARCHEO

  • Une rallonge budgétaire immédiate de 4 Millions d’€uros pour sortir Paris 1 et l’UFR de la pénurie budgétaire
  • La rénovation des locaux et des constructions pour étudier à Paris 1 (1 m² par étudiant aujourd’hui !)

NOUS DEMANDONS POUR TOUS LES ETUDIANTS :

  • –   La fin de la mise en concurrence des universités et du financement à la « performance »
  • – Un cadrage national des diplômes qui prévoit les intitulés, le nombre d’heures et le financement de chaque formation

 

Priorité 2 : L’ÉGALITÉ DES DROITS ENTRE TOUTES LES FILIERES

Avec le nouveau cadrage des diplômes qui se mettra en place à la rentrée prochaine, nos formations vont être modifiées. Dans toutes les universités, cela va se traduire par une nouvelle organisation des UFR. En fusionnant des filières par exemple, des UFR vont devoir se regrouper. Ce qui va entraîner la mise à plat des règlements de la plupart des filières.

Il n’est pas question que cette nouvelle organisation serve de prétexte pour casser les droits des étudiants. Nous aurons besoin d’élus syndicaux dans les conseils pour les préserver !

En histoire de l’art par exemple, les professeurs respectent peu la règle des « 3 notes par semestre » : selon ce principe, la moyenne de fin de semestre de chaque TD doit comporter au moins 3 notes, pour pouvoir nous rattraper. Ce droit est pourtant garanti dans les autres filières ! En votant lors de ces élections, les étudiants ont l’opportunité de mettre un carton rouge à la casse de nos droits !

NOUS DEMANDONS :

  • Le respect du principe des « 3 notes » pour le contrôle continu ! 
  • Une charte des droits étudiants qui garantie les mêmes modalités d’examen, les mêmes règles d’assiduité et le même calendrier pour tous les UFR

 

+ VOTER UNEF, C’EST VOTER CONTRE L’EXTRÊME-DROITE !

Avant les vacances de la Toussaint, une militante de l’UNEF Paris 1 a été agressé par un activiste d’extrême-droite. Cette agression n’est pas des faits divers. Depuis la rentrée, l’extrême-droite tente de s’implanter dans les universités : locaux syndicaux saccagés à Sciences Po et Nancy, tract appelant au meurtre des militants syndicaux à Nantes et Strasbourg… Les méthodes d’intimidation se multiplient.

Les idées et les méthodes d’extrême-droite se sont toujours heurtées aux portes des universités. Mais puisque l’extrême-droite ne parvient pas à convaincre les étudiants, elle n’hésite pas à utiliser des moyens détournés pour les atteindre, par le biais des organisations « apolitiques et asyndicales » par exemple.

Voter UNEF lors de ces élections, c’est refuser de céder à la violence et à l’intimidation de l’extrême-droite, et affirmer que l’université est un lieu d’ouverture et de mixité où la haine et le rejet de l’autre n’ont pas leur place.

 

+ VOTER UNEF, C’EST VOTER POUR UNE DÉMARCHE SYNDICALE ET UN BILAN Voter pour l’UNEF, c’est voter pour le syndicat étudiant. C’est faire le choix d’une démarche efficace qui se base sur trois principes : Un vote de mobilisation + Des élus coordonnés et combatifs + Une union nationale qui pèse !

Voter pour l’UNEF, c’est également voter pour un bilan. Depuis deux ans, nous sommes parvenu à nous organiser pour défendre les droits des étudiants : une semaine de vacances à la Toussaint, maintien de l’AJAC, lutte contre la sélection par l’argent, bataille contre la pénurie budgétaire… Tout cela n’a été possible que grâce à la mobilisation des étudiants.  Nous avons utilisés tous les moyens pour porter la voix des étudiants.

Lors de ces élections, vous avez l’occasion de nous donner la légitimité des urnes pour être encore plus efficaces.  Ce que nous avons fait hier avec vous est la garantie de ce que nous ferons demain dans les conseils !