logo


Élections au CNOUS : l’UNEF progresse et confirme sa place de première organisation étudiante

Le dépouillement des élections au CNOUS (Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires) déterminant la représentativité des organisations étudiantes s’est déroulé dans la soirée du mardi 27  janvier 2015. Ce sont les 196 élu-e-s étudiant-e-s des CROUS,  dont le renouvellement a eu lieu au mois de novembre, qui se sont exprimé-e-s à l’occasion de ce scrutin.

L’UNEF confirme sa place de première organisation étudiante en conservant 4 élu-e-s sur 8 au CNOUS et en progressant légèrement en nombre de voix (81 contre 80 lors du précédent scrutin). En nombre de voix dans les CROUS comme au CNOUS, l’UNEF obtient un des meilleurs résultats de son histoire récente.

tableauresultatsCNOUS

*En 2006, l’UNEF a fait le choix de boycotter le scrutin qui se déroulait pendant la mobilisation contre le Contrat Première Embauche (CPE)

Ce scrutin confirme également la bipolarisation de la représentation étudiante avec d’un côté une force syndicale représentée par l’UNEF et de l’autre une fédération regroupant des associations étudiantes qui peuvent être corporatistes et réactionnaires comme progressistes.

Un vote que le gouvernement doit entendre

Depuis la rentrée, l’ensemble des candidat-e-s des listes de l’UNEF ont fait campagne auprès des étudiant-e-s pour revendiquer un nouvel investissement dans le système de bourse et défendre le projet d’allocation d’autonomie. Les étudiant-e-s ont envoyé un message très clair au gouvernement : il serait inacceptable d’abandonner le combat contre la précarité étudiante au nom des économies budgétaires.

L’UNEF demande l’ouverture de négociations pour un plan d’action sociale étudiant

Les insuffisances d’un système de bourse, qui exclut 75% des étudiant-e-s, appellent des réponses urgentes. Le statuquo, dans un contexte de crise sociale, se traduirait par une dégradation des conditions de vie des étudiants et un renforcement de la sélection sociale dans l’accès aux études.

L’UNEF exige du gouvernement l’ouverture de négociations qui devront déboucher sur des mesures pour la rentrée 2015 :

– La poursuite de l’investissement dans les aides directes : 100 000 étudiant-e-s supplémentaires doivent devenir boursièr-e-s, les bourses doivent augmenter de 20%, le budget des aides pour les étudiant-e-s indépendant-e-s doit doubler.

Faciliter l’accès aux droits sociaux : le versement des bourses à dates fixes en début de mois ; le renforcement budgétaire des CROUS pour assurer leurs missions ; la création de postes de travailleurs/euses sociaux/ales dans les CROUS ; l’égalité des droits aux bourses pour l’ensemble des étudiant-e-s (universités, établissements agricoles, Institut de Formation en Soin Infirmiers…) ; l’intégration de la demande du Dossier Social Étudiant à la procédure d’Admission Post-Bac afin d’éviter les demandes de bourses tardives ; la création de centres de santé sur les universités.