logo


Date:décembre 23, 2014
L’UNEF condamne la répression contre les syndicalistes étudiants au Gabon

Jeudi 18 décembre, plusieurs étudiant-e-s gabonais-es, dont Ballack Obame, un représentant du syndicat étudiant de l’Université Omar Bongo, ont été arrêté-e-s devant le tribunal Libreville suite à des altercations avec les forces de l’ordre. Ces étudiant-e-s étaient venu-e-s protester contre le report du procès de deux syndicalistes étudiant-e-s incarcéré-e-s et en attente de jugement depuis 6 mois.

Deux jours après, samedi 20 décembre un étudiant du nom de Mboulou Bruno Bek a trouvé la mort suite à des violences policières lors d’une manifestation d’opposition au régime d’Ali Bongo.

Cela fait plusieurs années que les étudiant-e-s gabonais-es se mobilisent à l’Université Omar Bongo pour protester contre la dégradation de leurs conditions d’études. Ces manifestations traduisent également la volonté des jeunes gabonais-es de se faire entendre dans le débat politique pour protester contre les inégalités, la corruption et le manque de démocratie dans leur pays. Les forces de l’ordre répondent régulièrement à ces manifestations par la répression : plusieurs étudiant-e-s ont été arrêté-e-s de façon arbitraire et ont subi des violences.

L’UNEF apporte son soutien aux étudiant-e-s gabonais-es qui se mobilisent pour leurs conditions d’étude.

L’UNEF condamne fermement la répression contre les étudiant-e-s gabonais-es, exige la libération immédiate des syndicalistes incarcéré-e-s et appelle la communauté internationale à prendre position pour défendre les libertés syndicales et politiques au Gabon.