logo


Mobilisation budgétaire : les étudiant-e-s s’imposent dans le débat

Jeudi 11 décembre, plus de 6000 étudiant-e-s ont manifesté dans toute la France, au côté des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour défendre le financement de leur service public. La mobilisation étudiante a pris de l’ampleur par rapport aux précédentes manifestations.

L’engagement de l’Élysée de revenir sur la diminution de 70 millions du budget des universités n’a donc pas suffi pour répondre au mécontentement des étudiant-e-s. Il manque encore 150 millions d’euros aux établissements pour qu’ils puissent fonctionner normalement. Déjà, des coupes budgétaires dans les formations des étudiant-e-s sont à l’ordre du jour des conseils d’administration des établissements. Elles se concrétiseront pour les étudiant-e-s en suppression d’heures de cours, fermeture d’options, report de la rénovation des locaux vétustes…

L’UNEF dénonce une gestion comptable du budget des universités par le gouvernement. Les provocations, retirées sous la pression de la mobilisation, ne constituent pas une politique d’enseignement supérieur. L’UNEF rappelle que la démocratisation de l’enseignement supérieur est un enjeu non seulement pour les jeunes mais également pour le pays qui doit être financé par un investissement massif !

L’UNEF appelle les étudiant-e-s à maintenir leur mobilisation, lors des votes des budgets dans les universités.

L’UNEF donne rendez-vous au lendemain des vacances, pour poursuivre la mobilisation et obtenir les moyens qui assureront la réussite des étudiant-e-s.